L'Ainpact Bourg-en-Bresse sur Facebook Flux RSS


La carpe, reine des étangs de la Dombes


Baptiste Liatout, responsable commercial au sein de la maison Liatout, détaille le processus de production des poissons de la Dombes. De l’étang jusqu’aux rayons des magasins, retour sur le fonctionnement de cette entreprise familiale.

La maison Liatout, entreprise familiale depuis 1890, est spécialisée dans la transformation et la revente de poissons issus des étangs de la Dombes. Baptiste Liatout, responsable commercial au sein de la société, et cinquième génération à la tête de l’entreprise, développe le fonctionnement de l’entreprise. « Ça fait dix ans qu’on a mis en place notre atelier de transformation pour valoriser les poissons d’eau douce et plus particulièrement les poissons de la région. » Et le poisson phare des étangs de la Dombes, c’est la carpe. « La carpe représente entre 80 et 90 % de nos volumes transformés et vendus. On a ensuite un complément de gamme sur d’autres produits d’eau douce, comme les poissons du lac Léman ou les poissons de l’Isère pour répondre à la demande de nos principaux clients ».



Issus d’étangs naturels creusés au XVe siècle, les poissons de la Dombes se développent de manière naturelle, et en toute autonomie. « Les poissons se reproduisent et s’alimentent tout seul », explique Baptiste Liatout. Quant aux récoltes, le procédé employé date de plusieurs siècles. « Les étangs sont vidés en cascade. D’abord, le premier étang avec une manivelle, l’eau s’écoule ensuite dans l’étang suivant. Enfin, le dernier étang se vide dans un fossé. Pour la récolte, le principe est de tirer les filets dans les étangs chaque année pour récupérer les plus gros poissons. Les plus petits sont laissés derrière le filet pour qu’ils puissent grandir pour les années suivantes. C’est un cycle naturel qui se fait depuis le Moyen-Âge ».



La production de poissons est dépendante des conditions climatiques, et notamment des précipitations. Et la sécheresse de ces dernières années est un frein au développement des poissons. « Ça fait deux ans que l’on a des étés et des hivers relativement secs, avec peu de précipitations. Donc les cultures sont un peu en mal en ce moment », témoigne Baptiste Liatout. Mais en plus d’être dépendant des conditions climatiques, les collecteurs doivent également gérer les pêches, qui ne sont pas réalisées tout au long de l’année. « La saison des pêches s’étend d’octobre à janvier. On a des bassins de stockage pour avoir un stock temporaire. Il y a également quelques pêches ponctuelles en été qui sont effectuées par capture. »



Soigner l’image de la carpe



La maison Liatout ne s’occupe plus de la collecte des poissons comme auparavant. « La cultivation était l’activité de notre père jusqu’à l’année dernière où il a pris sa retraite. Maintenant on achète notre poisson à d’autres collecteurs dans la région », développe le responsable commercial. Désormais, Baptiste Liatout et sa société s’occupent principalement de mettre en valeur le produit, et de soigner son image. « La carpe a toujours eu des a priori, entre le potentiel goût de vase ou la présence d’arêtes. Ce sont des choses que l’on a réussi à supprimer et à améliorer maintenant. On met nos poissons en affinage pendant 48 heures dans de l’eau claire et à jeun. Et nous avons une machine spéciale qui nous permet de désarêter les filets. Ils sont à 95% désarêtés. »



Quant à la commercialisation, la maison Liatout a tout d’abord repensé l’aspect visuel de la marque, dont le logo a subi quelques modifications. Baptiste Liatout propose, en plus des poissons entiers ou en filet, une large gamme de produits à base de poissons de la Dombes. « On a mis en place une gamme de mousses et rillettes de poisson à tartiner. On a neuf saveurs différentes. On a également une soupe de poissons de la Dombes, et deux soufflés à faire au four : un soufflé de carpe, et un soufflé de brochet », détaille-t-il. Les produits retravaillés sont commercialisés dans les magasins de producteurs de la région, mais ils arrivent peu à peu dans les supermarchés. Au total, la société vend 300 tonnes de poissons toutes espèces confondues.



De quoi faire aisément le plein de phosphore pour la mémoire.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


Les articles de la semaine

Les Ainfos du monde

Publié le 11/02/2019

Un avenir rédempteur ?

Publié le 04/01/2019

Contes et légendes

Publié le 14/12/2018

Le cadavre de la honte

Publié le 23/11/2018

Calendrier des facteurs

Publié le 16/11/2018

Mariage temporaire

Publié le 02/11/2018

Nulle part ailleurs

Publié le 02/11/2018

Une vache dans la piscine

Publié le 22/10/2018

Il entre dans un bar au galop

Publié le 05/10/2018

Le selfie tue

Publié le 05/10/2018

Manuel Valls, l’Européen

Publié le 28/09/2018

Au revoir Monsieur Piat

Publié le 21/09/2018

Ils brûlent leur Nike

Publié le 07/09/2018

Le service national universel

Publié le 29/06/2018

La « Tourismophobie »

Publié le 29/06/2018

La « Tourismophobie »

Publié le 29/06/2018

La « Tourismophobie »

Publié le 29/06/2018

Les oracles du Mondial

Publié le 22/06/2018

Bac Philo 2018

Publié le 22/06/2018

SNCF : projet adopté

Publié le 15/06/2018

Une poignée de main

Publié le 15/06/2018

Une impression 3D en…béton

Publié le 07/06/2018

Tabac, la chute continue

Publié le 01/06/2018

L’avortement dans le Monde

Publié le 01/06/2018

France : Gay Pride

Publié le 28/05/2018

INTERNATIONAL : Roi(s) du Monde

Publié le 28/05/2018

De quoi devenir « Dengue » ?

Publié le 17/05/2018

Le retour de la Mer d’Aral

Publié le 17/05/2018

Le cinéma se porte bien

Publié le 14/05/2018

Le diesel au musée

Publié le 14/05/2018

France : Sauve qui Pont !

Publié le 04/05/2018

ABBA For Ever ?

Publié le 04/05/2018

Les tatouages sonores

Publié le 29/04/2018

La reconnaissance faciale

Publié le 29/04/2018

Total contre EDF

Publié le 25/04/2018

Cuba sans Castro

Publié le 25/04/2018

Le radeau de la méduse

Publié le 30/03/2018

Hommage au courage

Publié le 30/03/2018

Sidaction

Publié le 22/03/2018

La bataille de l’eau

Publié le 22/03/2018



© 2016-2019 L'Ainpact Bourg-en-Bresse • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales