L'Ainpact Bourg-en-Bresse

Médecines douces : laquelle choisir ?


Ostéopathie, sophrologie, naturopathie, mais aussi, hypnose, réflexologie, art-thérapie... Toutes ces médecines non conventionnelles, dites « douces », attirent de plus en plus de personnes, curieuses de nouvelles pistes pour apaiser petits et grands maux du quotidien. Tour d’horizon de six de ces médecines alternatives.

La luminothérapie



Chaque année, c’est la même rengaine : la météo hivernale apporte son lot de mélancolies. On appelle cela la dépression saisonnière. Une sensation scientifiquement expliquée puisque le manque de lumière influence sur l’humeur. Et l’hiver, les journées sont courtes et la luminosité souvent restreinte, passant de 100 000 lux (unité de mesure de la luminosité) pour les journées d’été ensoleillées à 2 000 lux pour certains jours d’hiver.

Si la lumière naturelle est donc aux abonnés absents, la luminothérapie se propose de la substituer. En s’exposant quotidiennement devant une lumière à spectre et intensité définis, généralement le matin, de 15 à 30 minutes. En imitant le soleil, la luminothérapie réduit, pour deux cas sur trois, les dépressions saisonnières.

Cette méthode réduirait également les effets liés aux décalages horaires. Les grands voyageurs y ont donc de plus en plus recours.



Pour qui ?

Travailleurs de nuit ou dans un bureau fermé à la lumière du jour, voyageurs réguliers, personnes âgées souffrant de démence ou de dépression, personnes souffrant de dépression hivernale.



Astuce

Bien qu’indépendant de la luminothérapie, le simulateur d’aube sert de réveil. Mais au lieu d’utiliser une alarme stridente ou la prise d’antenne d’une émission de radio, il simule le lever de soleil. Une lumière progressive qui réveillera en douceur, réduisant sur le long terme les effets d’insomnie ou de déprime.



La sophrologie



Difficile de résumer la sophrologie tant ses méthodes et ses résultats sont divers. Créée dans les années 60 par un médecin spécialiste en neuropsychiatrie, la sophrologie n’a d’abord qu’un seul but et non des moindres : améliorer la qualité de vie des malades. Mélange de méditation, de yoga, de relaxation, de bouddhisme, ou même de méthodes proches de l’hypnose, la sophrologie aspire à harmoniser le corps et l’esprit. En France, non reconnue par le Code de la santé publique, la sophrologie compte malgré tout de fervents adeptes. Plus spirituelle que scientifique, la sophrologie vise à atteindre l’état supérieur de la conscience, considérant l’être humain comme un tout devant rechercher le bonheur en lui-même.



Pour qui ?

Les athlètes de haut niveau, certains cosmonautes ou hauts dirigeants… Nombreux se déclarent adeptes de sophrologie. Un concept qui s’adresse à tous, afin de retrouver confiance en soi, sérénité et épanouissement personnel ou professionnel. Pour se préparer à l’accouchement, de nombreuses femmes ont recours à cette méthode.



Astuce

Il existe plusieurs formations à la sophrologie. Pour trouver le bon thérapeute, le site web www.sophrologie-info.com/annuaire répertorie, par département, les coordonnées de praticiens diplômés.



L’acupuncture



Technique millénaire de la médecine chinoise, l’acupuncture est la méthode où les fameuses aiguilles sont appliquées sur le corps et le visage. Partant du principe qu’il existe des points spécifiques sur les méridiens, l’acupuncteur tente de les stimuler avec ses aiguilles afin de rééquilibrer un dysfonctionnement. Dans certains cas, cette stimulation peut être effectuée par voie électrique. Le but ? Qu’aucun point ne puisse interrompre les énergies nommées Qi qui parcourent le corps.

Cependant, si l’acupuncture peut soulager des symptômes, elle ne peut rien face aux organes détruits.



Pour qui ?

Allergies, stress, eczémas, dépressions, constipations, douleurs articulaires, dentaires ou des suites d’un accouchement, incontinences urinaires et même arrêt du tabac ou amaigrissement, l’acupuncture accompagne tout dysfonctionnement, de l’enfant à la personne âgée, à condition tout de même de ne pas craindre les aiguilles.



Astuce

En France, l’acupuncteur est obligatoirement un médecin. 5000 pratiquent cette méthode vieille de 6000 ans. En aucun cas, l’acupuncture ne peut être dangereuse. Au pire, rien ne se passe.



L’homéopathie



Ces détracteurs l’accusent de colporter l’effet placebo, ces adeptes ne jurent que par elle. Il n’empêche, les granulés homéopathiques continuent de gonfler les rayons des pharmacies et les médecins n’hésitent plus à la prescrire. Pour comprendre son fonctionnement, revenons à son étymologie grecque. « Hómoios » signifiant « similaire » et páthos « souffrance » ou « maladie », l’homéopathie repose sur le principe de similitude. Ainsi, elle traite une affection par un traitement qui provoquerait chez un sujet sain les mêmes symptômes. « Le mal par le mal », en d’autres termes. Maux de tête, de gorge, de ventre, aphtes, otites ou douleurs musculaires… Tous les bobos du quotidien trouveront remède grâce aux granulés homéopathiques.



Pour qui ?

Nourrissons, enfants, femmes enceintes… En prise directe ou diluer dans de l’eau, l’homéopathie s’adresse à tous.



Astuce ?

Avant un entretien d’embauche, un examen ou un rendez-vous important ou stressant, l’Argentum nitricum et le Gelsenium sont recommandés.



L’hypnose



C’est une méthode qui a longtemps souffert (et qui souffre encore) d’une image ésotérique et même obscure. Il faut dire que son objectif intrigue : plonger l’individu dans un état modifié de conscience. Outre les grands shows où l’hypnotiseur est semblable à un prestidigitateur, l’hypnose fait ses preuves pour apaiser les douleurs physiques et mentales. Comme méthode d’arrêt à la cigarette elle a même redoré, ces dernières années, son image, tant les exemples de résultats positifs se sont multipliés. Psychologues, psychiatres, médecins et mêmes chirurgiens renommés en font de plus en plus usage, notamment au bloc opératoire où les interventions sous hypnose se multiplient.



Pour qui ?

Arrêt du tabac, amaigrissement, dépression… Les causes de consultations sont nombreuses, alternant maux psychiques et douleurs physiques. Il n’existe aujourd’hui aucune réglementation légale quant aux compétences de l’hypnose.



Astuce ?

Peur de livrer son inconscient ? Faites-vous accompagner par un ami proche. L’hypnopraticien n’aura aucune raison de refuser et fera sortir l’accompagnant si vos révélations s’avèrent trop intimes.



L’étiopathie



Aux frontières de l’ostéopathie et de la chiropratique, l’étiopathie affirme étudier le corps humain dans son intégralité. En effet, plutôt que de traiter un problème précis, l’étiopathie cherche à comprendre l’origine de celui-ci en étudiant un ensemble de systèmes en interaction permanente : une approche systémique du corps.

Considérée comme complémentaire de la médecine traditionnelle, l’étiopathie s’attaque à bien des maux. Lors des consultations, la prise en charge ressemble fortement à celle d’un ostéopathe : étirements, massages, palpations ou travaux doux.



Pour qui ?

Pour ceux qui souffrent de troubles ORL, digestifs, respiratoires, gynécologiques, circulatoires, urinaires, vertébraux… Du mal de dos à la constipation, en passant par les migraines, l’étiopathie peut être une méthode efficace pour bon nombre de douleurs.



Astuce

Certaines mutuelles comme Swiss Life ou Aviva remboursent intégralement ou en partie les séances d’étiopathie.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Imprimer     Fermer