L'Ainpact Bourg-en-Bresse sur Facebook Flux RSS

Spécial habitat : La maison à énergie positive

  • Dans une maison à énergie positive, la facture de chauffage dépasse rarement les 70 € par an. ©iStock/ City presse.
  • Dans une maison à énergie positive, la facture de chauffage dépasse rarement les 70 € par an. ©iStock/ City presse.
Vous souhaitez réduire votre facture d'énergie tout en préservant la planète et vous avez pour projet de faire construire une nouvelle maison ? Miser sur un bâtiment à énergie positive, ou BEPOS, pourrait être le choix le plus avantageux. Découvrez ce type d'habitat en passe de devenir la norme.

Entre les ressources naturelles qui arrivent à épuisement et le prix de la vie en constante augmentation, réduire sa consommation énergétique est devenu une nécessité. Heureusement, le secteur du bâtiment innove pour offrir des solutions toujours plus respectueuses de l'environnement, à la portée de tous. Après les maisons passives, qui maintiennent une température constante toute l'année en combinant une bonne isolation, une exposition favorable et une ventilation double-flux, la construction écologique passe au niveau supérieur avec les bâtiments à énergie positive qui, comme leur nom l'indique, permettent de produire plus d'énergie qu'ils n'en consomment. Dès 2020, la Réglementation thermique 20 imposera ce modèle, alors que l'Hexagone ne compte aujourd'hui que 200 réalisations environ.



Les caractéristiques d'un BEPOS



Pour atteindre cet objectif de bilan énergétique positif, une maison devra d'abord reprendre les grands principes des habitations dites passives : conception architecturale intelligente, faible empreinte carbone, matériaux de constructions durables, voire biodégradables, limitation maximale des déperditions thermiques, protections solaires, récupération et optimisation des eaux pluviales, etc. Il faudra aussi que cette demeure soit équipée en moyens de production d'énergie renouvelable : panneaux photovoltaïques, aérogénérateur, plancher rayonnant ou encore pompe à chaleur.



Le comportement écoresponsable des habitants, qui doivent faire preuve de sobriété dans leur consommation énergétique et l'utilisation des appareils ménagers, est également crucial.



Une déco source d'énergie



Si les technologies en la matière en sont encore souvent au stade expérimental, posséder un intérieur « intelligent » sera bientôt accessible au grand public. D'ici quelques années, nos murs, nos meubles ou notre chauffe-eau pourront générer de l'énergie et alimenter ainsi notre éclairage ou encore notre électroménager.



Ainsi, des chercheurs britanniques de l'Imperial College de Londres ont mis au point un papier peint constitué de microalgues capable de produire de petites quantités d'électricité grâce à la lumière. Des scientifiques coréens ont quant à eux développé un prototype de peinture thermoélectrique, qui convertit la chaleur en énergie.



Le mobilier solaire a également la cote : à Brooklyn, le studio de design UM de François Chambard a dévoilé en avril dernier une ligne de meubles au style très pop baptisée « Patch », composée d'armoires, de commodes ou encore de bancs fonctionnant comme des mini-centrales électriques.



Enfin, la société française SAUTER vient de commercialiser un chauffe-eau thermodynamique appelé « Pagosa » qui chauffe l'eau grâce à un procédé d'aérothermie, c'est-à-dire grâce aux calories naturellement présentes dans l'air ambiant. Résultat : une économie de 70 % en électricité sur un appareil qui est habituellement la première source de consommation d'énergie des ménages.



Les avantages d'un bâtiment à énergie positive



S'ils sont autant plébiscités, c'est parce que les BEPOS ont tout bon ! Ils offrent un confort de vie optimal en maintenant une température constante toute l'année dans le logement, un point d'autant plus important que le dérèglement climatique risque d'engendrer des saisons plus extrêmes, avec des hivers plus froids et des étés plus chauds.



Côté finance, la construction d'une maison à énergie positive est environ 10 % à 20 % plus chère qu'une demeure classique, mais vous pouvez bénéficier d'aides publiques comme l'éco-prêt à taux zéro et le crédit d'impôt à la transition énergétique, sans compter les économies d'électricité considérables réalisées sur le long terme, ce qui en fait un investissement intéressant.



Enfin, évidemment, ce type de bâtiment bioclimatique génère un très faible impact environnemental.



Seul bémol : certaines technologies productrices d'énergie ne sont pas encore disponibles dans le commerce, même si la forte demande des particuliers et des autorités publiques devrait permettre une mise sur le marché relativement rapide.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


Les articles de la semaine

Les Ainfos du monde

Publié le 22/03/2019

Les Ainfos du monde

Publié le 04/03/2019

Les Ainfos du monde

Publié le 22/02/2019

Les Ainfos du monde

Publié le 15/02/2019

Les Ainfos du monde

Publié le 11/02/2019

Un avenir rédempteur ?

Publié le 04/01/2019

Contes et légendes

Publié le 14/12/2018

Le cadavre de la honte

Publié le 23/11/2018

Calendrier des facteurs

Publié le 16/11/2018

Mariage temporaire

Publié le 02/11/2018

Nulle part ailleurs

Publié le 02/11/2018

Une vache dans la piscine

Publié le 22/10/2018

Il entre dans un bar au galop

Publié le 05/10/2018

Le selfie tue

Publié le 05/10/2018

Manuel Valls, l’Européen

Publié le 28/09/2018

Au revoir Monsieur Piat

Publié le 21/09/2018

Ils brûlent leur Nike

Publié le 07/09/2018

Le service national universel

Publié le 29/06/2018

La « Tourismophobie »

Publié le 29/06/2018

La « Tourismophobie »

Publié le 29/06/2018

La « Tourismophobie »

Publié le 29/06/2018

Les oracles du Mondial

Publié le 22/06/2018

Bac Philo 2018

Publié le 22/06/2018

SNCF : projet adopté

Publié le 15/06/2018

Une poignée de main

Publié le 15/06/2018

Une impression 3D en…béton

Publié le 07/06/2018

Tabac, la chute continue

Publié le 01/06/2018

L’avortement dans le Monde

Publié le 01/06/2018

France : Gay Pride

Publié le 28/05/2018

INTERNATIONAL : Roi(s) du Monde

Publié le 28/05/2018

De quoi devenir « Dengue » ?

Publié le 17/05/2018

Le retour de la Mer d’Aral

Publié le 17/05/2018



© 2016-2019 L'Ainpact Bourg-en-Bresse • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales