L'Ainpact Bourg-en-Bresse

Un burgien débarque au pays d'Ikéa


Amoureux de sa ville, Loïc Ripert va pourtant la quitter l’espace d’une année. En effet, le jeune burgien part en Suède dans le cadre du Service volontaire européen. Curieux, motivé et courageux, il narrera son séjour au sein des colonnes de l’Ainpact. Rencontre.

Loïc Ripert vient de fêter ses 25 ans. Ce burgien de naissance, fier de la culture et de la gastronomie de sa ville, s’implique grandement dans ses divers temps forts. « J’ai passé toute ma scolarité sur Bourg-en-Bresse, pratiqué la pétanque pendant près de 10 ans dans cette ville et dirigé la structure étudiante locale d’UNICEF durant une année. Je suis également un grand supporter du FBBP 01, de l'USBPA et de la JL Bourg », énumère-t-il.



Pourtant, le jeune homme a décidé de quitter son fief, un an durant. « En septembre dernier, à la fin de mes études, j’ai décidé de partir à l'étranger. L'idée a germé et est devenue concrète lors de mes six mois de convalescence due à une opération de l’épaule. Je voulais avoir une expérience de longue durée avant de vraiment rentrer dans la vie professionnelle et le SVE s'est présenté à moi comme une évidence », explique Loïc Ripert.



Le Service volontaire européen (SVE) est un programme créé par l'Union Européenne pour favoriser la mobilité des jeunes. La structure d'accueil doit fournir un logement, assez d'argent pour que le volontaire puisse survivre et le défraiement des frais de transport pour se rendre dans le pays.



« J'ai choisi de saisir l'opportunité de partir un an dans un pays que j'apprécie énormément, où il fait froid, où les meubles en kit sont un emblème national, où Zlatan est une véritable icône, et où les gens sont réputés pour être aussi froids que leur climat et d'une transparence totale aussi bien dans la vie publique que privée », sourit le jeune burgien. En Suède, il sera logé à Boras, ville de plus de 60 000 habitants, située près de Göteborg, deuxième ville du pays, sur la côte sud-ouest. L'année dernière, Boras fut la ville la plus pluvieuse du pays. Réputée pour son festival de street-art au mois de septembre et ses nombreuses manifestations culturelles, la ville semble très tournée vers la jeunesse. Pas moins de huit centres lui sont d’ailleurs dédiés.



Carnets de voyage suédois



« Depuis une quinzaine d'années, la culture et la mentalité scandinave me fascinent et plus particulièrement celle de la Suède. Je veux comprendre pourquoi les suédois sont réputés pour être bien plus heureux que les français alors que la vie est chère, le climat difficile, notamment à cause du manque de luminosité en hiver avec moins de 4 heures de soleil certains jours, le taux d'imposition important et que les suppressions de certains services publics comme La Poste se multiplient. La culture suédoise est tellement riche et porte un vrai culte à l'Eurovision. Je veux voir si les clichés sur ce pays sont bien réels ou non », détaille-t-il. Sur place, Loïc Ripert travaillera au sein d’une maison d'activité pour les enfants et les adultes. « Norrbyhuset ou la maison de Norrby en français. C’est un mélange entre une MJC et un centre social en France. Je devrais proposer des projets, des activités, des événements et les promouvoir pour les membres de la structure. »



Culture, mentalité, gastronomie, clichés, mode de vie… Tous les mois, l’Ainpact ouvrira ses colonnes aux carnets de voyage de Loïc Ripert. Et ce dès la semaine prochaine pour son arrivée en terres suédoises.



À suivre…


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Imprimer     Fermer