L'Ainpact Bourg-en-Bresse sur Instagram L'Ainpact Bourg-en-Bresse sur Facebook Flux RSS

FORMATION/ORIENTATION - Première année de "médecine" à Bourg-en-Bresse, en septembre 2022.

  • Les différents intervenants
  • Les différents intervenants
On ne disait déjà plus 1ère année de médecine depuis 2010. Le terme avait été remplacé par la PACES. En 2020, nouvelle appellation avec le PASS, le Parcours d’Accès Spécifique Santé. L’acronyme prête à confusion ! Dès la prochaine rentrée, 50 étudiants auront donc la chance d’inaugurer cette nouvelle formation mise en place par l’Université Claude Bernard Lyon 1. Une création censée lutter contre la désertification médicale, qui épaissit l’offre de formations universitaires sur le territoire burgien, année après année.

La présentation de cette nouvelle formation a été faite dans les salons du département par Jean Deguerry, accompagné de 2 vice-présidentes Véronique Baude et Martine Tabouret, en présence de Jean-Louis Guyader, conseiller régional, représentant Laurent Wauquiez excusé et de 2 vice-présidents de l’Université Lyon 1. A tour de rôle, ils ont tous insisté sur la similitude parfaite entre la formation de Rockfeller, faculté de médecine de Lyon, et celle qui sera dispensée à l’IUT Claude Bernard dans le secteur d’Alimentec. Pas la moindre once de différence. En gros, 3 grands volets constituent cette formation. Les cours magistraux se dérouleront le matin dans un amphi mis à disposition, en visioconférence, dans les mêmes conditions que dans les amphis lyonnais. L’après-midi, les enseignements dirigés seront assurés, en présentiel, par les équipes pédagogiques de Lyon Est qui se déplaceront à Bourg. A défaut d’ED, des séances de travail libre seront possibles dans des salles dédiées. La filière PASS burgienne proposera de plus deux disciplines mineures, Sciences de la vie et de l’environnement, et Chimie, fort utiles  en cas d’échec ou de réorientation. Chaque étudiant sera doté d’un ordinateur portable. Les examens se dérouleront à Bourg, simultanément avec Lyon, grâce à l’emploi de tablettes numériques affectées à cet usage. Pour permettre aux étudiants du Pass de donner le meilleur d’eux-mêmes, sera reproduit le système du tutorat qui fonctionne déjà avec succès à Lyon. Des élèves de 2ème et 3ème année accompagneront les étudiants tout au long de l’année, et notamment le samedi où ils viendront sur le site burgien. 


Le PASS est un sas obligatoire

Le Pass est une première année de licence qui permet de se présenter ensuite, après validation par les partiels et le contrôle continu, aux formations spécifiques de médecine, de maïeutique (art de l’accouchement), d’odontologie (soins et chirurgie dentaires), ou de pharmacie. Une année de PASS ne se redouble pas. En cas d’échec à l’issue de la première année, il est possible de poursuivre en deuxième année dans la matière mineure, et de se représenter à la même validation en fin d’année. En cas de nouvel échec, l’étudiant peut obtenir sa licence dans sa matière mineure s’il va au bout des trois années requises. ParcourSup, qui gère toutes les inscriptions aux formations post-baccalauréat, n’intègre pas de critère de sélection lié à la localisation de la résidence, hormis la préférence académique. L’académie de Lyon, au niveau universitaire, est constituée des départements du Rhône et de l’Ain. Ainsi, rien n’empêcherait qu’une partie plus ou moins importante des 50 places proposées à Bourg-en-Bresse soit occupée par des étudiants lyonnais "en mal de ruralité", que ParcourSup aurait sélectionnés. L’an passé, sur les 1 720 étudiants retenus pour le PASS lyonnais, 140 étaient originaires de l’Ain.


Ils ont dit

Jean Duguerry, président du conseil départemental : « Créer une antenne de cette première année ici à Bourg-en-Bresse pour former des médecins dans l’Ain, c’est espérer renverser ainsi la tendance de la désertification médicale... Beaucoup de lycéens s’autocensurent de ne pas aller faire des études en dehors du département, le plus souvent pour des raisons de coût financier ».

Jean-Louis Guyader, conseiller régional, représentant Laurent Wauquiez : « Une des lignes directrices du futur schéma régional d’enseignement supérieur, recherche et innovation, (SRESRI) sera de vouloir rapprocher l’université des territoires ».

Philippe Malbos, vice-président de l’Université Claude Bernard Lyon 1 : « Notre projet "Include" est d’agrémenter la transformation numérique comme vecteur d’intégration de tous les publics qu’on accueille à l’université. Ce volet-là a vocation à s’étendre à d’autres sites, en particulier dans le département de l’Ain ». 

Céline Brochier, vice-présidente de l’Université Claude Bernard Lyon 1 : L’idée est d’implanter des formations dans un campus, dans un environnement universitaire, avec des promotions d’étudiants, un encadrement administratif, technique et pédagogique.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


Les articles de la semaine

Nos villes & nos villages - Episode 3 : Saint-Étienne- du-bois

Située aux abords de Bourg-en-Bresse, Saint-Etienne-du-Bois est une porte d’entrée vers le Revermont et le Jura, ce qui la rend proche et lointaine à la fois. De quoi brouiller l’image d’une commune rurale qui se revendique fièrement bressane à part entière. L’histoire, le terroir, les traditions en sont autant de preuves. Ici, on est stéphanois et bressan !
Publié le 28/09/2020

La « Tourismophobie »

Publié le 29/06/2018

La « Tourismophobie »

Publié le 29/06/2018



© 2016-2022 L'Ainpact Bourg-en-Bresse • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales