L'Ainpact Bourg-en-Bresse sur Instagram L'Ainpact Bourg-en-Bresse sur Facebook Flux RSS


Vie de quartiers à Bourg-en-Bresse - Comment ce plan national contribue à la rénovation urbaine burgienne

  • Besoin de rénovation urbaine
  • Besoin de rénovation urbaine
  • Périmètre d'intervention
  • Aménagement des espaces publics du Carré Amiot
  • Aménagement du site du pont de Lyon
  • Des locaux structurellement fermés
  • Action Coeur de Ville
Action au coeur de ville En 2018, l’Etat a lancé un programme national à destination des villes moyennes, Action Cœur de Ville, une nouveauté depuis le septennat de Valery Giscard d’Estaing. La totalité des communes concernées, comptant de 20 000 à 200 000 habitants, ont répondu à l’appel de manifestation d’intérêt, hormis celles relevant des métropoles, comme Villefranche-sur-Saône par exemple. Dans l’Ain, Bourg-en-Bresse, Oyonnax et Ambérieu-en-Bugey ont proposé un projet. La cité burgienne a choisi 5 thèmes, en privilégiant la rénovation urbaine et le développement économique sous l’angle du commerce.

Ça ne se refuse pas ! C’est ce qu’ont dû penser les maires des 322 communes moyennes en France.En 5 ans, de 2018 à 2022, l’Etat va mobiliser 5 milliards d’euros par le biais du ministère de la cohésion des territoires et de 3 partenaires financiers nationaux, la Banque des territoires, Action logement et l’Agence nationale de l’habitat.

Ce programme répond à une double ambition : améliorer les conditions de vie des habitants des villes moyennes et conforter le rôle de moteur de ces villes dans le développement du territoire. C’est aussi ce qu’on a pensé à la municipalité de Bourg. « Il y a eu un effet d’opportunité immédiat » nous précise Luc Vogel,chef du projet au sein de la mairie, « comme récupérer un financement qu’on n’avait pas pour les espaces publics du carré Amiot. Avec cet argent économisé, on peut faire autre chose ». Dès 2018, les services de la mairie et les élus se sont mis au travail pour entamer une réflexion approfondie sur les contenus du projet, sans se soucier de la parenthèse des élections municipales à venir. La réélection d’une bonne partie de l’équipe sortante a permis un gain de temps appréciable dans la mise en œuvre qui commence, puisque les études préalables ont presque toutes pu être menées.

 

Création d’outils de gestion du projet


Il a fallu d’abord déterminer le périmètre de l’action Cœur de Ville. Celui-ci s’appuie sur le cœur historique de la ville, en le prolongeant au nord avec l’avenue de Mâcon et au sud vers la gare et le pont de Lyon. Ces prolongements permettent de trouver des financements pourdes opérations de réaménagement plus que nécessaires pour ces quartiers proches du centre-ville. Pour s’attaquer plus fortement au problème de la rénovation urbaine, la ville va mettre en place une OPAH-RU (Opération Programmée d'Amélioration de l'Habitat Renouvellement Urbain) pour 5 ans, qui sera le bras armé de l’opération. Elle va permettre de se montrer plus offensif et incitatif auprès des propriétaires d’immeubles fortement dégradés ou connaissant des vacances importantes au niveau des logements. Des opérations de rénovation d’immeubles sont d’ailleurs déjà en cours, grâce à des propriétaires particulièrement réactifs.

Selon les études menées par des organismes nationaux indépendants, la situation commerciale de la ville de Bourg est enviable sur tous les indicateurs, notamment la diversité de l’offre et le taux de vacance des locaux commerciaux. « On a une bonne situation,mais c’est important de ne pas s’asseoir sur nos lauriers » assure Luc Vogel. Même s’ils sont moins nombreux qu’ailleurs, les locaux commerciaux vides existent malheureusement et désolent souvent les passants. L’exemple le plus flagrant est l’ancien local CASA, avenue Alsace Lorraine. Le bâtiment nécessiterait de lourds travaux pour l’amélioration de l’accessibilité afin de retrouver une fonction commerciale. Car la ville a la volonté de garder à ce type de lieu sa vocation première. Le coût des travaux ferait sortir ce local du prix du marché en cas de vente ou de location. La ville va donc se doter d’ici l’été d’un outil de portage foncier et immobilier, type SEM, avec des partenaires comme la CA3B et la Banque des territoires. Cela l’autorisera à acquérir des locaux structurellement vides pour, après travaux, effectuer une revente ou une location. Cela concernerait une trentaine de locaux potentiels en ville.

Enfin, pour conclure, car on ne peut pas tout citer, plusieurs aménagements de sites comme celui de la Madeleine, du Pont de Lyon, de la place des Lices, de Challes Europe et de la Vinaigrerie, bénéficieront de financements émanant de l’Action Cœur de Ville. Un sacré coup d’accélérateur.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


Les articles de la semaine

Nos villes & nos villages - Episode 3 : Saint-Étienne- du-bois

Située aux abords de Bourg-en-Bresse, Saint-Etienne-du-Bois est une porte d’entrée vers le Revermont et le Jura, ce qui la rend proche et lointaine à la fois. De quoi brouiller l’image d’une commune rurale qui se revendique fièrement bressane à part entière. L’histoire, le terroir, les traditions en sont autant de preuves. Ici, on est stéphanois et bressan !
Publié le 28/09/2020

La « Tourismophobie »

Publié le 29/06/2018

La « Tourismophobie »

Publié le 29/06/2018



© 2016-2021 L'Ainpact Bourg-en-Bresse • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales