L'Ainpact Bourg-en-Bresse sur Instagram L'Ainpact Bourg-en-Bresse sur Facebook Flux RSS


Vie de quartiers à Bourg-en-Bresse - La profonde mutation à venir du quartier des Vennes


Les Vennes

Le quartier des Vennes a été conçu dans l’urgence pour absorber les vagues d’immigration notamment espagnole puis italienne des années 1930 et 1950. Il était, depuis, resté dans son jus. En 2013 commence un réaménagement, qui s’est accéléré quelque peu depuis 2 ans. Mais le plus gros reste à venir. La place Jean-Jacques Rousseau sera l’épicentre de la restructuration du quartier. Dès fin 2021, commencera la démolition de 100 logements. Au fil des années, 101 vont être reconstruits, et 95 autres seront réhabilités. La voirie et les espaces verts seront également réaménagés. En 2028, date prévue de la fin des travaux, le quartier des Vennes sera devenu une cité-jardin.

Mon quartier, sans prétention, il a mauvaise réputation. Plagier Georges Brassens est un exercice facile dès lors que l’on veut évoquer le quartier des Vennes. Pourtant la réputation a largement dépassé la réalité, ce qui est souvent le cas. Certes, les étrangers au quartier n’étaient pas toujours bien vus, et la rivalité fut parfois tendue avec les bandes de jeunes des autres quartiers. Ça, c’était avant ! A contrario, se sont développées beaucoup d’entraide et de solidarité entre les résidents. La vie sociale a toujours été forte, ce qui explique que les habitants du quartier y sont très attachés et refusent d’aller habiter ailleurs. C’est pourquoi le projet porté par Bourg Habitat prévoit de reconstruire autant de logements neufs que de logements démolis. Les deux grands immeubles ceinturant la place Jean-Jacques Rousseau, n°1 et 2 en rouge sur le plan de l’existant, seront démolis. Ils sont en piteux état et ne sont plus conformes aux normes actuelles. Ils seront remplacés par 2 fois 2 immeubles R+2, séparés par une large allée. Seront également démolies les maisons situées entre la rue Buffon et la rue Honoré de Balzac, n°3 en rouge, contenant 14 logements. Elles seront remplacées par 15 maisons de ville. Ce sera tout pour la partie démolition et reconstruction.

 

Un quartier à taille humaine, perméable et aéré


Les immeubles situés entre la rue Montesquieu et la rue Honoré de Balzac, n°1 en jaune, seront totalement réhabilités. Il en sera de même pour les 2 bâtiments, n°2 et 3 en jaune sur le plan, qui bordent la rue Verlaine. « On a la volonté de construire des bâtiments à basse consommation énergétique » précise Isabelle Maistre, présidente de Bourg Habitat. « Les espaces publics seront également réaménagés, en concertation avec les habitants. La place J.J. Rousseau deviendra un jardin, en lien avec le parc Colette. Le city-stade passera de l’une à l’autre. La séparation des bâtiments permettra la création d’une allée entre la rue Verlaine et Habitat ancien et bâtiment neuf

le jardin J.J. Rousseau. Elle créera une percée visuelle et elle devrait être consacrée aux déplacements doux ». La ville de Bourg, dans le même temps, s’occupera de la requalification de la voirie avec confortement du volet paysager. La rue Verlaine sera la première à être reprise, dès cette année. L’offre globale de stationnement sera augmentée avec la création de nouvelles places dans les opérations de construction. « Ce vaste chantier, qui devrait s’étaler jusqu’en 2028, coûtera 21 millions d’euros, pour la seule partie immobilière » stipule Isabelle Maistre. « L’opération ne s’inscrit pas dans le cadre de la rénovation urbaine, comme ce fut le cas pour la Reyssouze et le Pont des Chèvres. On est donc sur un financement Ville de Bourg et Bourg Habitat, avec les aides classiques ». Au final, tous les aspects seront traités : l’immobilier neuf ou rénové, les déplacements repensés, un cadre de vie reverdi, tout ce qui concoure au passage d’une cité d’urgence à une cité-jardin.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


Les articles de la semaine

Nos villes & nos villages - Episode 3 : Saint-Étienne- du-bois

Située aux abords de Bourg-en-Bresse, Saint-Etienne-du-Bois est une porte d’entrée vers le Revermont et le Jura, ce qui la rend proche et lointaine à la fois. De quoi brouiller l’image d’une commune rurale qui se revendique fièrement bressane à part entière. L’histoire, le terroir, les traditions en sont autant de preuves. Ici, on est stéphanois et bressan !
Publié le 28/09/2020

La « Tourismophobie »

Publié le 29/06/2018

La « Tourismophobie »

Publié le 29/06/2018



© 2016-2021 L'Ainpact Bourg-en-Bresse • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales